LA GUYANE FRANÇAISE : AU COEUR DE L’AMAZONIE

Avec une amie, nous partons rejoindre un couple d’amis, partis vivre à Cayenne pour des raisons professionnelles. Nous allons découvrir leur nouveau lieu de vie.

ARRIVÉE EN GUYANE

A l’aéroport nous sommes accueillies par Marine toute pimpante en longue robe d’été. Ça y est nous y sommes ! La chaleur est enfin là. 

Nous partons tous les quatre dans le centre ville de Cayenne pour manger une spécialité d’ici : le Madras. C’est un burger avec un œuf à l’intérieur. Nous prenons également un jus de maracuja (fruit de la passion). 

MARCHÉ DE CAYENNE

Ce matin nous partons en direction du marché. Nous découvrons pleins d’odeur et de couleurs différentes. 

SENTIER DES SALINES

Cet après-midi nous allons marcher au sentier des salines. C’est un sentier juste à côté de la mer, à Rémire-Montjoly. Ici la mer est marron à cause de la couleur du sable, en particulier. Le dépaysement est total grâce a ce mélange de couleurs incroyable. 

ZOO DE GUYANE

Ce matin nous allons au Zoo qui se situe à environ 30 minutes de l’appartement. Nous découvrons différentes sortes d’animaux, tous provenant d’Amérique du Sud (et pour la plupart en voie d’extinctions) : des pumas, des jaguars, des caïmans, des toucans, des paresseux, des singes… bref que des animaux que nous n’avons pas l’habitude de voir. La balade dure environ 2 heures. On est au cœur de la forêt Amazonienne, c’est vraiment dépaysant. 

SENTIER DE ROROTA

Cet après-midi nous décidons de faire le sentier de Rorota, d’une distance d’environ 5 km.
Une fois de plus, nous sommes en pleine forêt Amazonienne, entourées d’animaux et de flore tropicale.
Nous avons la chance d’apercevoir quelques singes dans les arbres qui s’amusent. 
Nous cherchons un peu partout des paresseux mais nous n’en avons malheureusement pas vu… 
La balade est vraiment agréable, bien que j’ai eu quelques frayeurs lorsque nous avons croisé des chiens en liberté (alors qu’ils sont interdits sur le sentier…)

COCOSODA

Nous terminons notre belle balade par un bar de plage, décoré uniquement par des éléments de recup’ : le cocosoda.

CARNAVAL DE CAYENNE

Ce soir nous nous rendons au Carnaval de Cayenne pour l’élection de la reine. Dans le public nous apercevons Miss Guyane. Plusieurs créateurs présentent leur costume à tour de rôle. Entre les présentations de costumes, des chanteuses viennent animer la soirée. C’est très festif et dansant. 

MATINÉE À CACAO

Aujourd’hui nous partons découvrir le village de Cacao. Nous commençons la visite par le marché. Les vendeurs sont principalement des chinois. On appelle d’ailleurs ce village le « village des chinois » ou « des mong ». Ensuite, nous allons rendre visite à un potier. Il nous fait une démonstration de son art. 
A 11h nous nous rendons au musée des insectes où un explorateur nous explique toutes les caractéristiques des insectes présents en Guyane. C’est un homme passionné et donc très passionnant avec beaucoup d’humour. 
Nous apprécions énormément cette visite !

APRÈS-MIDI À CACAO

Après la visite du musée nous allons manger une bonne soupe chinoise et des nems. Nous allons ensuite nous baigner dans une petite crique.

ÎLES DU SALUT

Aujourd’hui nous partons en excursion sur les îles du salut en catamaran avec la compagnie Tropic Alizée. Il y’a environ 2h de traversée pour rejoindre la première île : l’île Royale. Nous faisons tout le tour de cette île et allons prendre un verre au seul restaurant présent. Nous sommes accueillies par une dizaine de paonnes et deux paons. Au bout de quelques minutes un bel Ara bleu fait son apparition. C’est incroyable d’être entourées d’animaux majestueux comme ceux là dans leur habitat naturel ! 
Nous retournons sur le bateau vers 12h30 pour prendre notre pique nique. Ensuite, le commandant de bord nous dépose sur l’île Saint Joseph. Gros coup de cœur pour cette île avec sa plage de coquillages magnifique et son côté semi désert. Je me sens sereine et apaisée. Nous allons nous baigner sur la plage puis faisons tout le tour de l’île à pied. A une certaine époque, ces îles y abritaient des bagnards. Ils avaient le droit à une piscine aménagée dans la mer mais ne pouvaient pas s’enfuir du fait de nombreux requins. 
La troisième île se nomme l’île du diable : il est interdit d’y accéder. C’est à cet endroit que Dreyfus a séjourné lors de son exil. 

CRIQUE GABRIEL

Aujourd’hui nous partons en direction de Roura. 
Nous embarquons sur une pirogue traditionnelle accompagnées de notre guide et quelques autres touristes. Le guide s’appelle Franck. Il nous amène tout au bout de la crique Gabriel. 
Une fois arrivées au bout, nous faisons demi-tour pour qu’il puisse nous montrer différentes choses sur la faune et la flore. Il nous fait goûter à plusieurs fruits sauvages : du cacao (qui à un gout de noisette), des pois sucrés (qui ont une texture de coton) etc…
Il nous montre plusieurs traces d’animaux mais nous n’en voyons que très peu car ils préfèrent sortir la nuit.
Nous avons quand même la chance d’apercevoir quelques singes et une envolée de chauve-souris !
A un moment il nous fait descendre de la pirogue et nous amène à un gros tronc d’arbre. Il nous coupe un bout du tronc d’arbre à chacun et nous fait sentir. C’est un bois qui sent très fort. Il nous questionne pour savoir si l’un d’entre nous reconnait cette odeur : toutes les réponses sont négatives. Il nous apprend que c’est du bois de rose qui est un des ingrédients du parfum Chanel n°5 : une belle découverte ! 
Nous continuons d’arpenter la crique et Franck décide de s’arrêter pour nous couper des cœurs de palmiers.
A la fin de la balade, nous nous arrêtons au bord du fleuve pour déguster un ti punch et les fameux cœurs de palmiers. Agréablement surprises par le goût, nous en reprenons plusieurs fois ! 
C’est une très bonne après-midi : riche en découvertes.

CAYENNE TO SAINT-LAURENT DU MARONI

Aujourd’hui nous quittons Cayenne pour nous rendre à Saint-Laurent du Maroni. Nous avons environ 3h30 de route. 
La dame qui nous accueille est d’une gentillesse incroyable et il y’a même un espace pour garer la voiture. 
Il faut savoir qu’en Guyane il y’a énormément de voitures abandonnées qui finissent brûlées ou dépouillées… donc cela nous rassure que la voiture soit en sécurité.

CAMP DE LA TRANSPORTATION

Une fois nos affaires déposées nous reprenons la voiture en direction du bagne. Il se situe juste à côté de l’Office du Tourisme. Le guide est vraiment super, drôle et intéressant à écouter. 

Il nous ouvre les portes de ce bagne et nous plonge dans cet univers si éprouvant. 
Il est constitué de plus de 12 bâtiments (rangées de « cases » contenant les cellules de part et d’autre de la cour intérieure, un hôpital, des cuisines, les bâtiments du personnel, lavoir et bibliothèque). Tous les condamnés venant de la France métropolitaine débarquaient d’abord à Saint-Laurent et étaient ensuite répartis entre les différents camps et pénitenciers de la Guyane.
Le 16 mars 1880, on créa également la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, qui était une commune pénitentiaire, dont les habitants étaient presque tous des gardiens ou des bagnards libérés.
En 1912, l’hôpital de Saint-Laurent était construit.
Le bagne de Saint-Laurent-sur-Maroni ne ferma qu’en 1946, année où le bagne tout entier cessa définitivement d’exister. 
Le site est classé monument historique par arrêté du 14 février 1953.

Pour découvrir la vie d’un des bagnards les plus connus de ce camp, je vous conseille de regarder le film Papillon réalisé par Franklin J. Schaffner en 1973. J’ai découvert ce film une fois mon voyage terminé et cela m’a fait replonger dans cette histoire assez méconnue.

LA GOËLETTE

Après cette bonne journée culturelle, nous allons dîner au restaurant typique de Saint-Laurent du Maroni : La Goëlette

Nous retrouvons Suzie, une nouvelle connaissance de Marine qu’elle a rencontré lors de sa venue aux Iles du Salut. Cela fait presque un an qu’elle vit en Guyane, elle est infirmière. Elle a commencé à Cayenne mais est arrivée depuis quelques jours à Saint-Laurent. 
Elle partage comme nous ce sentiment d’insécurité et n’est pas certaine de poursuivre son aventure ici car le travail y est très dur. 

Le restaurant où nous sommes est construit sur un ancien bateau échoué. On y mange très bien !

PIROGUE LE LONG DU MARONI

Ce matin nous retournons près de l’Office du Tourisme pour faire un tour en pirogue. Une guide nous explique l’histoire tout autour du port de Saint-Laurent-du-Maroni. 
On y aperçoit quelques épaves de bateaux. 
L’une d’entre elles était difficile à apercevoir car la nature a repris ses droits et cela ressemble plus à une petite île qu’à un ancien bateau. 
Pas très loin du port se trouve une petite île appelée Ile aux Lépreux, qui comme son nom l’indique, abritait des malades de la lèpre. Aujourd’hui seules 4 fondations de maisons en briques restent debout. Elles sont actuellement utilisés pour faire des barbecues ou pique-niquer. L’île est assez jolie. On y aperçoit un groupe d’élèves qui est venu en canoë avec leur prof de sport. 
Ensuite nous prenons le large et nous arrivons dans un petit village d’amérindiens au Suriname. La frontière entre le Suriname et la Guyane est le fleuve. Il y’a environ 3km de traversée entre les deux.
Il est possible de prendre une navette à environ 5€ pour se rendre au Suriname. 
Le sentiment d’insécurité que nous avions eu la veille est due notamment au trafic entre les frontières, que ce soit la drogue, les voitures, l’essence, etc… 
Le guide nous explique que le vol des voitures est fréquent et que pour les passer d’une frontière à l’autre ils fabriquent des sortes de catamarans avec deux pirogues. 
Une fois dans le village, une autre guide nous explique différentes choses sur la flore qui nous entoure et sur la manière de vivre des amérindiens.  
Le capitaine nous explique qu’une pirogue coûte environ 180€/le mètre et que la sienne en fait 14.
La durée de vie d’une pirogue est de 8 à 10 ans.
Nous avons trouvé le tour très sympathique et enrichissant. 
Cela nous a permis d’apprendre davantage de choses sur la faune, la flore et sur la manière de vivre des locaux.

FARNIENTE – PISCINE

Aujourd’hui nous décidons de nous relaxer dans la piscine de l’hôtel Montjoyeux les vagues. Le tarif à la journée est de 9€. Nous sommes seules dans cette piscine qui donne sur la mer. 
Le soleil est au rendez-vous et nous prenons des couleurs. Cela fait du bien de se baigner !
Après quelques heures à se prélasser, nous allons dans un magasin de crêpes que nous dégustons sur la place des Amandiers face à la mer : le bonheur !

CAYENNE (CAY) TO PARIS (ORY)

Marine nous raccompagne jusqu’à l’aéroport.
Quelques minutes après son arrivée dans l’avion notre ami steward m’envoie un message pour m’indiquer que nous allons rentrer en dernier. Il nous accueille et nous installe en business classe.
On ne pouvait pas rêver mieux pour les 9h de vol qui nous attendent.
Enfin si… car le rêve ne fait que commencer.
En effet, nous avons à peine le temps d’installer nos affaires qu’on nous invite à aller voir le décollage au poste de pilotage. 
Nous sommes complètement déboussolées par toutes ces nouvelles et nous réalisons au fur à et mesure ce que nous sommes en train de vivre.
Nous nous attachons à nos sièges, nous mettons des casques pour écouter les recommandations des commandants.
J’ai l’impression d’être dans un film ! 
Nous nous sentons privilégiées de pouvoir vivre cela. 
Après un excellent repas nous nous installons confortablement dans le fauteuil/lit et nous tentons de dormir un peu. 
Le rêve continue… après le petit déjeuner on nous invite à aller voir l’atterrissage à Paris depuis le cock-pit.
Nous arrivons à Paris au petit matin. Tout est éclairé et nous apercevons la piste d’atterrissage. 
C’est grandiose… encore plus impressionnant que le décollage puisque nous sommes aux premières loges sur l’arrivée. 
Nous remercions grandement les commandants de bord, d’une gentillesse incroyable. 
Nous arrivons à Paris avec des étoiles plein les yeux…

Retrouvez toutes mes adresses sur mon Mapstr (manon_guerin)

J’espère que cet article vous a plu ! N’hésitez pas à laisser un commentaire de vos bons plans en Guyane !

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *